27 février 2009

Sarko dans l'Ain...la matraque pour tous les autres


William Irigoyen est le présentateur du journal d'ARTE, qu'il présente en alternance avec l'allemand Jürgen Biehle à 19h45. William cache dans ses mots une douce ironie. William fronce les sourcils lorsqu'il parle de ceux qui portent des talonnettes. William à fait une "grande" école de journalisme, le CELSA. William porte le costume sombre, la cravate, la carte de presse mais quoiqu'il en soit, d'être ce bon petit soldat ne suffit pas, William à cette façon de ne pas aimer le président français

Jeudi, Sarko a eu la bonne idée de se rendre dans une usine de sous traitance automobile, Plastic Omnium, à Ste Julie, dans l'Ain.  Comme il est su de tous, les déplacements de Sarko relèvent désormais du même mécanisme que les St Sylvestre strasbourgeoise. Dans un cas, le nombre de voitures brûlées indique la bonne santé des jeunes à concevoir des cocktails molotovs. Dans un autre le nombre de flics déployés nous informe sur l'état de l'opinion. Et comme notre homme descend dans les sondages à mesure que grimpe le chômage, dixit William, les préfets ont plutôt intérêt à mobiliser les réservistes de l'armée et prendre du Tranxen.

Régis Guyot, préfet de l'Ain depuis quelques jours, tient à sa place. Il a vu les choses en bien, en grand, en parano comme l'affectionne si bien ceux qui rajoutent des extensions de caoutchouc sous leurs pompes. Journalistes, curieux, badauds, fous et travestis excluent d'un périmètre d'au moins 10 km. Barrages de gendarmes, motards, tireurs d'élites et gros bonhomme à oreillettes. Jusqu'au convoyage des journalistes en bus, un peu à l'image de ce qui se fait lors des conflits armés, tout doit être sous contrôle. La France en état d'urgence, seul TF1 est autorisée à filmer. Plans serrés du Conducător qui serre la main aux syndicalistes, sans leur adresser le moindre mot. Table ronde avec invités triés sur le volet. Mèches molles, fourrures et acquiescements obligatoires.

Alors s'il ne nous est pas encore interdit de pouffer sur ce spectacle, se pose toutefois la question du rôle des journalistes. Et moins de ceux qui rendent compte des coulisses, que de ceux qui valident, acquiescent et retransmettent.

Se pose la question du tapin de la parole publique. Quand l'autorité représentative vient à flirter avec l'occupant de l'Elysée. La question du Préfet qui déporte, expulse, enjoint la force publique de chasser et matraquer, lorsqu'il ne décide pas de faire fi des lois en vigueur.

Se pose la question de la sureprésentation de l'un, par dessus les libertés de tous les autres. La question du "je" qui noue le nous, jusqu'à la suffocation

Big up à William

Billet inspiré par les mots ont un sens

Posté par carlogiuliani à 15:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Sarko dans l'Ain...la matraque pour tous les autres

    Ce n'est pas dans cette commune qu'il a reçu des menaces de mort ?

    Posté par Lucide, 01 mars 2009 à 12:44 | | Répondre
  • Désinformation

    Le nouveau Préfet de l'Ain n'était pas encore en poste le 27 Février, à l'occasion de la visite du Président. Il a pris ses fonctions le 02 Mars...
    Cherchez l'erreur.

    Posté par SARKO, 03 mars 2009 à 16:34 | | Répondre
Nouveau commentaire