qd
















Un jour il faudra expliquer à nos gosses pourquoi entre le 07 février et le 10 du même mois de février 2009, la blogosphère ne parlait plus que de Quitterie Delmas

J'ai rencontré assez de fois Quitterie Delmas pour satisfaire à votre curiosité. Sa voix est réellement éraillée. Son engagement sincère, sa disponibilité réelle. Militante Modem (sic), elle s'est faite une spécialité pour rendre Bayrou nettement compatible. Son blog donne toute la mesure du militant centriste XXIème siècle. Il est net éthique, facebookement lié, entend défendre la cause tibétainne, se ligue pour la planète, les femmes, le commerce équitable...bref une vaste boutique de bons et loyaux services à rendre
 
Il en va de cette génération installée, disposée, disponible et intellectuellement influente d'avoir héritée de bonnes écoles, d'un crédit à 4% pour l'appart, de moeurs libérés, de meubles Ikéa et d'un ordinateur à haut débit. Si Quitterie Delmas en est, je pourrais moins lui en vouloir de ne pas avoir choisie, que d'avoir cru certaines choses possibles. Dans un post, multi commenté, elle explique pourquoi le compromis politique la pousse à quitter le MODEM. On l'a dit désormais débauchable par les royalistes de Désir d'avenir, elle dément.

A l'occasion de cette fuite précipitée, la blogosphère s'est donc réveillée avec un gout de pelure au fond de la gorge, qui nous fait dire que la nette domination de l'orange ne répond jamais aux questions qui me tarabusque depuis :

Comment convaincre sans savoir? A quoi sert d'être vaguement de gauche? et donc à quoi sert Quitterie Delmas?

Convaincre sans savoir. Internet ne sait pas, il imagine

Interviewé sur Rue 89 Olivier Besancenot rappel que, surexploité lors du mouvement alter mondialiste, le net n'a pas su entrainer le monde. Parce que le monde ne numérise pas perpétuellement son existence et ses combats. Il les vie. Aussi difficile et jouissif que cela puisse être. Et comme l'urgence sociale n'appelle pas qu'a un post, je préfère la réappropriation à l'attente improbable d'un décret. Jeudi Noir aux palabres du ministère du Logement. SUD à à l'ombre de la CFDT qui signe plus vite qu'elle. Le débat aux meetings. Le réel au virtuel et le NPA à tout le reste 

Un carcan de luttes à mener bruissent à l'horizon, a quoi pourrait servir de ne rester que dans la toile?

En réalité, la blogosphère se fout pas mal de savoir comment les gens s'arrangent pour becter le 3 du mois. Elle ne sait pas encore être autre chose que le reflet de la société. Bien entendu il ne fallait pas s'attendre à ce que la caisière et le métallo puisse tenir à jour leurs blogs. Bien entendu je participe à la mascarade.

Si internet est le relais des souffrances et des rendez vous à honorer. Si internet brise l'enclavement, converge, instruit, qui sait mieux qu'une mobilisation populaire donner le change au mépris?

Vaguement de gauche


On lit donc du Médiapart, du Christophe Ginisty, du Monde, du Nouvel Obs et du Quitterie Delmas pour chercher à comprendre le pays dans lequel...ils vivent. D'un compromis si aisément corruptible, qu'il ne sait renvoyer qu'à des réunions le 18. Lorsque l'on retire des textes dégueulasses, sans créditer leurs alternatives. S'opposer à Edvige, Nicolas et Valérie ne servant à rien tant que l'on n'est pas foutu de mettre son corps, entre le clandestin et le charter. Entre le Cac et le galérien. Tant que dans ses mots n'existe pas la colère des nôtres. Car grand bien fasse à ceux qui ne liront rien de tout cela, qu'on ne souhaite pas "changer la règle du jeu mais changer le jeu"

Quitterie Delmas


Au final la principale intéressée nous impose une larme à l'oeil, en concluant par un "Résister c'est créer, créer c'est résister". J'aimerais le voir sans la naïveté vivace qu'il l'entoure. Car ne sert à rien, Quitterie Delmas, de dire que l'on ne veut pas être comme eux, en validant leurs sentences