26 janvier 2009

La nonne et le nain


 

Il y a bien longtemps que l'on a compris qu'il ne suffisait pas d'être croyant pour être bon. Pourtant dieu seul sait qu'il doit bien y avoir des religieux garni de compassion à la chantilly humaine. Mais nous, les brebis égarées, qui croyons surtout aux fulguropoings de Goldorack, nous ne voyons jamais rien venir. Tout juste Boutin nous dit vouloir recenser les SDF, qu'il en va de notre self-control pour ne pas devoir employer les poings météores de Pégase. Et à bien écouter la ministre des maisons en cartons...

"Aujourd'hui, en nombre, on répond. Je suis convaincue qu'en qualité et en adaptation, la réponse (...) n'est pas en adéquation parfaite par rapport aux besoins"

"L'idée, c'est de faire en sorte qu'il y ait, pendant une semaine, (...) le (recensement) par les travailleurs de terrain, simplement, des personnes qui ont besoin"

...on arrive mieux à comprendre notre envie de monter dans la Doloréan d'Emmet Brown. Pour partir ailleurs. Loin, loin des christiques, de leur gouvernain et de leurs prophéties. La première d'entre toute, ayant été celle du zéro SDF. Comme s'il avait s'agit de vendre du sable au désert et d'emmerder sa gauche. Nous n'y avons pas cru. Car même si la société marchande l'a rend meurtrière, l'exclusion est aussi une constante humaine. Mais si libre de droit aux Hommes de s'exclure, ils leur devient cependant impossible de vivre de leurs droits sous la gouvernance d'un nain et d'une nonne :

Droit de réquisition, inappliqué

Droit à la loi SRU, attaquée par la propre ministre du logement

Droit de ne pas être expulsé, raccourci

Droit de planter sa tente sur le parvis d'une église, 12000 euros d'amende

Droit d'investir les locaux vides des banquiers et des assureurs, caresses de CRS sur ta tête qui fait mal

Droit au logement (DALO), branlette pour encombrer les tribunaux que l'on supprime

Il en va de ceux qui ont choisi le camp de la miséricorde, de la compassion, de l'hostie partagée et du pain de ce jour...d'être les pires galeuses. Avec leur fiche de paie République française en fin de mois. Liant le laïque et le religieux par réaction, pour me nier ce qui est censé en faire le sens par la suite. Etat qui se construit à la discrétion des châteaux forts et qui n'a plus que son pouvoir concentrationnaire à offrir aux mal logés.

On dit que les impayés de loyers ont augmenté. On dit même qu'au Havre, on va faire vivre les étudiants dans des container.

Le collectif Jeudi Noir ne s'est jamais abandonné aux absurdités des promesses. Vendredi dernier il réquisitionnait 400 m2 de locaux  laissés vides par le CROUS. Autant de bonheur aux pigeons estropiés de la capitale, à quelques mètres de La Sorbonne. Eau chaude, électricité et cette petite affiche retrouvée placardée sur les portes

« le centre médical Hostater fermera pour travaux mardi 21 décembre 2004 au soir »

Depuis l'inertie des pouvoirs publics frôle le foutage de gueule.

Alors jusqu'au bout il faudra resté en conscience avec soi même. Laissant aux autres le choix du jugement dernier. Avec ce qu'il est censé offrir comme procès. Mais qu'un dieu, auquel nous n'avons jamais cru, viennent juger ceux que nous savons déjà complice et coupable, ne fera jamais d'un homme sans toit, un homme à l'abri

Posté par carlogiuliani à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La nonne et le nain

Nouveau commentaire