SarkoThatcherDefNew























...et tout cet argent que personne ne semble avoir en sa possession, on le claque aussi d'un coup de doigt. Hier Sarkozy à encore relancer la partie de...26 milliards. Comme dans un poker menteur le gouvernain est à l'image de son guignol, lui même à l'image du sale gosse qu'est Nicolas Sarkozy, dans une virilité pathologique. Et tout ce qui peut se voir, cache ce qui est détruit. Ce qui ne saura plus jamais entreprit. On dit 200 euros pour que les pauvres puissent crever avec l'appétit au ventre. En réalité, l'économiste Thomas Piketty nous apprend que cela ne réprésente qu'un coût de 760 millions d'euros. Lorsque 3 braqueurs, bien malins, en arrachent 80 millions en 5 minutes aux bourgeois de l'avenue Montaigne on se dit que le parallèle n'est ni anodin, ni innocent.

Mais ces faux accents keyneysien, d'un interventionnisme qui n'en est pas un, donne avant tout une idée de ce qui aurait été fait dès la première année du quinquennat. Autant dire que la crise à finie par nous offrir un peu de sursis, en attendant ce lendemain du pire qui ne viendra jamais. Car chaque jour un pire sait très bien succéder à un autre. Et Edvige aura beau être une salope tondue en place publique, elle ne pourrait faire oublier EDVIRSP ou CANONGE. On sait le destin de l'audiovisuel public décidé entre deux têtes de veaux farcies. L'une de chez Bouygues et l'autre de
Nagy-Bocsa
. La Tribune de ce jour, nous apprend même que le dernier emmerdement de TF1 (soi l'avancement de la première partie de soirée sur France Télévisions à 20h30) à peut être lui aussi été surmonté, par une obligation faite à la chaîne publique de diffuser des programmes pédagogiques et civiques (que l'on imagine bien chiant comme il faut) entre 20h30 et 20h50. Histoire de ne pas faire trop d'ombre à la première chaîne qui est, bien entendu, à l'origine de cette nouvelle crasse.

Comprenez que quelque soit le cours du pétrole, il y aura toujours du kérosène pour renvoyer 25000 malpolis venu sans papiers, joncher nos sols crasseux. Tinken Jah Fakoly est venue les soutenir hier à St Denis, alors monsieur le président "quitte le pouvoir". Comprenez que les morts de Vincennes, ne sont pas des lobbyistes pronant le réchauffement climatique pour ronfler, paisible, dehors. Ils ne sont qu'une autre série de faits d'hivers. Parce que les vies bancales, brisées, licenciées et les appartements, vaste et vides, que Madame Boutin ne veut pas réquisitionner. Au nom de la loi, quitte le pouvoir toi aussi. 

J'ai aussi vu Hunger et croyez moi que ça avait une autre gueule, qu'un pupitre à Douai. Le corps d'une Irlande décharnée qui à l'heure actuelle, n'a jamais vu autant de chomeurs et autant de polonais rentrer chez eux. C'était à l'époque de Margaret Thatcher.

Elle avait sa gueule de gens qui disent, "il ne peut y avoir d'assassinats politiques. Il n'y a que des assassinats criminels". Comme autant de ministre de l'intérieur prêt à donner du "terrorisme", là où il n'y a que de l'idéologie.

Elle avait la haine d'un pays, beau qu'il est vert. La couleur de l'espoir. La police britannique en a arrêtée des milliers comme Bobby Sands. Au nom de lois d'exceptions votés au Parlement. Et ce n'était pas plus jolie que dans l'Algérie de la France. Certains on vécu pendant des années, dans leur merde, dans leur pisse et dans leur vomi. Parce qu'ils étaient nés nègre!. Des nègres roux. D'autres ont été honorés. Par la reine. Pour avoir tiré sur la foule un dimanche de janvier 72. 14 morts et une médaille.

Alzheimer a finie par extirper, Tatcher de ses remords. Comme autant de fantômes qu'ils la poursuivent.

Elle avait la tronche de sa dérégulation économico-sociale. Moche. Celle à laquelle aspire Nicolas Sarkozy. Et je me dis parfois, que ce parallèle n'est ni anodin, ni innocent.