intox














Bien entendu l'actualité fait de nous des moutons trépanés à l'oxyde télévisuelle. Nous avons même appris à confondre la propagande et le mensonge. Mais voilà désormais que sorti des limbes de l'Elysée, Thierry Saussez dit le Roswell bronzé, "réfléchit à une émission gouvernementale". Avec pour "idéal" une diffusion sur  "le service public". Parce que dans "la bouilloire médiatique", on n'a pas le temps "d'ancrer des messages".

Certes il en existe déjà tellement. Comme les croutes populistes de Courbet. Qui nous raconte comment d'être pauvre, nous nous rendrons fier d'être débrouillard. A nous tartouiller la face de rutabaga en lieu et place de crème de jour. Comme les 13 heures de Pernault. Qui pour avoir prononcé 100 fois le mot "prise d'otage" est poursuivi en plagiat par l'ensemble des organisations terroristes.
Bien sur on peut aussi rire de ce n'importe quoi, qui avance à visage découvert. On le connaît tellement. Dès le diner du ritz, au soir du 6 mai 2007, Sarkozy racontait déjà le front (sic) de sa pensée. Et celle-ci disait, avec ce peu d'égard pour le bon peuple :

"Je vous emmerde. J'ai été riche maintenant je suis puissant. J'ai pour moi les les étaux financiers. J'en ferai aussi des étaux mentaux...et je vous emmerde".

Il n'y a que la bêtise médiatique des uns, pour avoir cru que le petit homme s'était rangé. Qu'il avait fini par apprendre l'histoire d'un pays, qui ne lui ressemblera jamais.

Après avoir couru les plateaux télés pendant toute la campagne présidentielle, Saussez à donc été recruté pour mettre en image ce discours du Ritz. Avec la complicité de Nicolas Princen, l'homme à déjà un œil sur internet. Si les "dictocraties" ont toujours cru bon communiquer pour gagner du temps, dans cette toile numérique la propagande vire vite au ridicule. Et il n'y a bien plus que la télé pour offrir  un espace figé...et rien de moins qu'Arlette Chabot pour cirer des pompes.

Le fascisme médiatique de Berlusconi est probablement la meilleure source d'inspiration au Palais de l'Elysée ces derniers temps. Il n'y a désormais qu'un pas pour que les 2 millions de manifestants italiens de samedi, deviennent la nôtre. Car à brasser des milliards comme des joueurs de bonto, les gouvernements de partout ont compris qu'une fièvre grondait. Et que les fumées de paille et les propagandes à 20 heures, en étaient les meilleurs remèdes.

Copé et son fidèle Lefebvre pourrons bien nous rappeler, qu'en leur temps, les socialistes ont fait pire. Que l'émission s'appelait "Parlons France". Qu'elle n'avait pour invité que Laurent Fabius et son costume étriqué de premier ministre. Mais à cela nous répondrons, que le socialisme n'est que la branche désarmé de l'UMP.

Le "travailler plus" était là pour épuiser les Hommes au travail. La propagande gouvernementale doit pouvoir se charger du reste. Pour que dès le lendemain, le laborieux accepte de retourner au turbin.

Messieurs les censeurs...re-bonsoir