280px_JoergHaider_Sep07









On aurait pu causer du budget de l'Elysée puisqu'en tant que trottoir et à force de balayer devant ma porte, je dois bien être au courant de ce qui se passe chez le gouvernain d'en face. On raconte que le roi n'est pas prêt de bouffer des pâtes au beurre entre le 4 et le 31 du mois. L'ami Bonnet vous en parlera mieux que quiconque.

Je voulais surtout apporter mes condoléances à la famille national-socialiste, qui a paumée une tête propre et une main haute. Jorg Haïder nous a quitté hier matin. Comme la princesse des bombes à sous munitions, rattrapé par une vraie mort de pauvre un week end du 15 août. Peut être que c'était même pas une voiture allemande qu'il conduisait. Alors on voudra bien retenir de l'Am-Staff-de-Carinthie, qu'il est mort dans une une Renault Dacia fabriquée par des roumains sans l'sou. Avec son vomi antisémite étranglée dans la trachée et sa haine en purée contre le pare brise. C'est moche et pas plus con que de finir dans un pylône du pont de l'Alma. Le reflux s'arrête là. Pour le reste la politique autrichienne ne va pas s'arrêter de virer vers le brun.

Avec une extrême droite qui à atteint 29% aux législatives du 28 septembre dernier, on imagine la gueule de l'autrichien moyen (le nazi quoi!). Surtout qu'en abaissant la majorité électorale à 16ans, les banquets bière-frite-et-ratonnade-au-dessert se sont vu sacrément rajeunir.

Selon une étude de GFK, près d'un jeune de moins de 30 ans sur deux a voté pour l'un des deux partis d'extrême droite. 47% de primo votants, semble t'il attiré par la classique rhétorique des bas du front. Nous nous épargnerons le fait qu'Hitler est né autrichien pour ne pas nous engluer définitivement. La tradition voudrait que l'on trouve cela abject. Ce fût le cas en 2000, lorsque Haider avait contraint le chancelier conservateur Schüssel à pactiser. L'Europe s'était alors tartinée le torse de Nutella démocratique. Allant jusqu'à sanctionner l'Autriche pour sa commisération avec le passé dégueulasse. Il faut croire que ces gens là ont fini par devenir présentable, car l'Europe des Sarkolusconi à depuis apprit à fermer sa gueule.

C'est la crise au portail. Celle des valeurs qui se diluent. Comme la lie lepéniste au fond du gobelet de l'UMP. C'est vous dire la médiocrité de la sociale-démocratie. Car c'est sur son dos que pustule les nostalgiques du IIIème reïch. Pour les électeurs du vieux continent, cette tentation du vide est même devenue l'un des meilleurs refuge. La xénophobie mal polie à finie par se fondre au sein des partis de pouvoirs. Comme dans le post fascisme latin. Plus affairiste encore. Plus corrompu aussi.

Ceux là ne vous parlent pas d'armes à brandir. Ils les vendent.

On peut d'ailleurs s'étonner que la Scandinavie, modèle d'excellence sociale pour nos hommes politiques, cultive cette idée de l'abject.

Au Danemark, terre promise des néo nazis, le chantage des partis d'extrême droite à fait durcir la législation concernant l'immigration. Les taux de suicide et les cas de schizophrénie ont explosé chez les réfugiés. En cause, les délais d'une administration volontairement inhumaine. Pire, cette politique qui implique désormais les médecins pousse à la corruption morale et financière. Loin des touristes, le centre de Kongelund accueil ses damnés, dont l'examen médical doit être renouvelé tous les 6 mois.

Un corps sain ça ne vous rappel rien?

Pour eux la citoyenneté danoise ne pourra s'obtenir qu'au bout de...7ans. Conséquences, pas plus d'un millier de régularisations. Soit 6 fois moins qu'auparavant. Une aide publique au développement ramenée à 0,8% du PIB (au lieu de 1,06 %). A cet égard, le commissaire Hortefeux est à ravir dans ses habits de "Petite Sirène".

Si le racisme se fait sur un terreau sociale déplorable, il faut comprendre que seul le capitalisme lui offre cette faveur. Et si l'adage, je préfère ma fille à mon voisin. Mon voisin à un inconnu. Un inconnu à un étranger...est devenue l'évidence notoire, comprenez aussi qu'il n'y aura jamais assez d'accidents de voitures pour chasser tous les lyophilisés de l'humanité. Les rebus de l'horizon et leurs amis du capitalisme moralisé.