06 mai 2008

Retour de flamme


sinn_fein





















Les référendums européens sont un peu comme les flammes olympiques. Comprenez qu'ils voguent de pays en pays, tant que présentement, on octroi cette lueur d'intelligence et de démocratie aux peuples pour se prononcer.

A cet égard, un retour de flemme a grillé la parole des français si prompte à ouvrir leurs gueules, que le GouverNain en chef a préféré faire ratifier le traité sous les oripeaux Versaillais.

L'éprouvante tâche d'installer tables, isoloirs et bulletins de papiers?

Combien déjà pour la torche chinoise?

Dès lors, quel crédit accorder à ces responsables dont la peur guide la fonction? Aucun sinon celui d’avoir réussi à consumer le souvenir des 55% de 2005, arrachés à force de débats contradictoires et contre le diktat médiatique de l'époque. Si bien qu’aujourd’hui c’est sur un tas de cendres, NOS cendres, que la France s’apprête à prendre les rennes de cet entreprise qu’est devenue l’Europe.

Et si la fourberie brule la pleine conscience de nos dirigeants autant que l’intox et le chantage, alors l’Irlande, dont la constitution est la seule à imposer un référendum sur le traité de Lisbonne, ne pouvait échapper à ce mépris du pouvoir. Pour preuve ce mail du 14 avril dévoilé par le journal Daily Mail, adressé par Elizabeth Green (diplomate britannique) a son  gouvernement, après son entrevue avec Dan Mulhall (haut responsable des affaires étrangères d’Irlande).

Le mail dont le caractère confidentiel distille le dédain annonce d’emblé que : 

« L’Irlande est le seul Etat membre de l’Union européenne qui autorise ses électeurs à donner leur avis sur le Traité, et les chefs d’Etat sont visiblement terrifiés à l’idée qu’ils puissent le rejeter ».

« Les Irlandais ont choisi la date du 29 mai pour le vote [sur le référendum], mais vont retarder l’annonce de cette date afin de laisser le camp du Non dans le flou (soyez discret, s’il vous plaît) ».


La peur camarade, la peur.

La présidence sarkozienne est par la suite évoquée avec une éloquence sur laquelle il est difficile de se porter en faux .

« Mulhall estime que le choix d’une date en octobre aurait été plus facile sur le plan procédural, mais le risque d’évènements contreproductifs au cours de la Présidence française - en particulier sur la défense européenne - est beaucoup trop élevé. Nicolas Sarkozy est totalement imprévisible ».

« Les ministres du gouvernement fondent leurs espoirs sur le fait que le traité ne peut être lu ou compris par la plupart des électeurs  et qu’en lançant un référendum à court terme, on empêcherait qu’ils le fassent de toute façon. La plupart des gens n’aura pas le temps d’étudier le texte et suivra alors les recommandations des politiciens en qui ils ont confiance
».

Le courriel ajoute enfin que « la Commission européenne faisait de son mieux pour éviter de diffuser de mauvaises nouvelles auprès des électeurs irlandais et que M. Mulhall estimait que d’autres institutions jouaient le jeu par ce profil bas ».

En attendant l’échéance, le Sinn Féin en campagne pour le NON ne s'est semble t’il jamais senti aussi seul. Dans une Europe de la convergence des luttes, le combat semble une nouvelle bien inégale.

Pourtant, s’il est bien une Europe socialement solidaire à faire briller, c’est à dire débarrassé du carcan de ses frontières et de son capitalisme hâbleur, sa lueur - infime faisceau dans le lointain - passe peut être par la belle île (sous le pognon de l’Europe asphyxiée et sous la botte des anglais écrasée) qui en mauvais fils saurait dire NON et foutre le feu à la mécanique inéluctable. Comme un retour de flamme.



Posté par carlogiuliani à 18:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Retour de flamme

    Erreur

    Cher ami, vous avez commis une confusion ente le contenu du mail lui-même et celui de l'article du journal irlandais qui le dévoile.
    Ce qui ne change rien à la pertinence globale de votre billet.
    Bien cordialement

    Posté par Olivier B., 12 mai 2008 à 07:52 | | Répondre
  • Mea culpa

    Oui j'ai fais un mix des deux, ce qui n'est pas très "journalistiquement" correct mais qui permet une compréhension globale

    Merci de le pointer :=)

    Posté par carlo, 13 mai 2008 à 14:10 | | Répondre
Nouveau commentaire