sagrada_familia_tete_de_mort_r










Si la douleur ne doit souffrir ni d’exhaustivité, ni d’une ignoble hiérarchie…les tziganes dans l’ombre de leurs haillons, les homos épinglés en rose, les casseurs de cailloux des bagnes, les palestiniens aux cartables bourrés de peurs et de cailloux, ces grands hommes que la patrie vomissante rendaient esclaves, ceux qui s’étaient jetés pour ne pas parler, les communards écrasés sous le poids du Sacré Cœur, les poilus aux corps saillants et tremblants à l’idée de franchir de nouveau le parapet, les contaminés, les prisonniers endormis par les marchands de sommeil, les sans  naissants comme il est répandu de mauvais sang et de vraies doutes, les Malik, les Manouchian, les Zied, les Bouna, les Carlo, les exécutés pour l’exemple, les Vingrés, les noyés pour un eldorado, les innocents noués au cou par leurs draps, ceux qui n'avaient pas crié assez fort et l’enfant n°11001, l’enfant n°11002, 11003…et tous les autres non répertoriés dans les tristes fiches cartonnées…des centaines, des milliers, des millions et peut être plus, remercient, d’outre tombe, le président de la république d’avoir pensé à eux !